Quelle voie, quel concours choisir ?

1C choisir une filière adaptée à son profil scolaire

2- S'investir à fond dans la préparation au concours visé

3- Bien connaître les particularités des concours de chaque école

4- Optimiser ses chances de réussite

Les concours paramédicaux, sanitaires et sociaux ouvrent la voie à des métiers passionnants, aux débouchés sûrs et nombreux.

A une époque où le chômage sévit, la garantie d'avoir un emploi attire de très nombreux candidats : au  fil des années, le nombre de places disponibles aux concours progresse lentement alors que le nombre de candidats croît rapidement. Dans l'ensemble les concours deviennent plus difficiles, mêmes si certains demeurent plus accessibles que d'autres.

En théorie, tout élève de terminale peut passer le concours, l'année de son baccalauréat.

En réalité, pour les concours des métiers de la rééeducation (orthophonie, psychomotricien, ergothérapeute, orthoptiste, audioprothésiste) plus de 98 % des reçus (étude parue en février 2000 dans le magazine "l'étudiant" ) ont suivi une classe préparatoire. Les élèves de terminale n'ont donc que moins de 2 % des places "à se partager" avec tous les autres candidats, tels que ceux ayant déjà été étudiants en Sciences, Médecine ou Pharmacie...

Même si le pourcentage est un peu moins élevé pour les concours sanitaires (concours d'entrée en IFSI, en école d'aide-soignant)) et pour les concours du secteur social (concours éducateur spécialisé, assistant de service social, éducateur de jeunes enfants, moniteur-éducateur), le nombre d'admis au concours ayant suivi une prépa est en augmentation très importante.

D'où l'intérêt de préparer son concours paramédical ou social dans une prépa dont la qualité est reconnue, comme la prépa CPES LYON - ESPACE FORMA

 

1 - Choisir une filière adaptée à son profil scolaire

Compte tenu des efforts à fournir pour réussir un concours, il est préférable de choisir un concours correspondant à sa formation initiale.

En théorie, tout bachelier, quelle que soit sa série, peut présenter tous les concours paramédicaux, sanitaires et sociaux. Dans les faits, voici les exigences de chaque concours :

Filière rééducation :

- concours ergothérapeute : réservé au titulaire d'un bac S en raison de l'épreuve de physique présente au concours

- concours psychomotricien : concours accessibles aux bacs généraux, section S et non S. Tous les ans de nombreux candidats non scientifiques réussissent le concours, une seule condition travailler la biologie à fond

- concours othoptiste : réservé au titulaire d'un bac S car le concours comprend une épreuve de physique

- concours audioprothésiste : réservé aux titulaires d'un bas S car le concours comprend une épreuve de maths et de physique

- concours orthophoniste : concours réservé de fait aux bacs généraux (S, L ou ES), à éviter par les titulaires d'un bac technique ou d'un bac pro.

Filière sanitaire :

- concours d'infirmier(ère) : plus de la moitié des reçus au concours d' infirmier/infirmière ont un bac non scientifique (L, ES, STSS, STG ou STT)

Filière sociale :

- concours d'éducateur spécialisé : ouvert à tout type de bac, les bacs généraux sont favorisés pour les épreuves écrites de culture générale, les bacs pro présentent l'atout d'avoir fait déja de nombreux stages, une expérience précieuse qui sera appréciée lors de l'épreuve orale.

- concours d'Assistant de service social : ouvert à tout type de bac, les bacs généraux sont favorisés pour les épreuves écrites de culture générale, les bacs pro présentent l'atout d'avoir fait déja de nombreux stages, une expérience précieuse, qui sera apprécié lors de l'épreuve orale. Attention c'est le concours du secteur social qui requiert le plus de culture générale et d'aptitude à l'expression écrite.

- concours d'éducateur de jeunes enfants : ouvert à tout type de bac, les bacs généraux sont favorisés pour les épreuves écrites de culture générale, les bacs pro en lien avec la petite enfance présentent l'atout d'avoir fait déja de nombreux stages, une expérience précieuse, qui sera apprécié lors de l'épreuve orale.

- concours de moniteur-éducateur : le bac n''est pas requis. Un minimum de culture générale, d'ouverture d'esprit et d'expérience est nécessaire. (animation, travail social, ...).

Pour l'ensemble des concours du secteur social, la possession du BAFA est un plus, surtout si l'approfondissement choisi correspond au public visé.

2- S'investir à fond dans la préparation au concours visé

Les excellents résultats de la prépa CPES Rhône-Alpes (Lyon et Grenoble) confirment l'efficacité de la méthode CPES. Cependant, il est important de souligner que le succès au concours préparé n'est possible qu'avec un réel investissement personnel des étudiants.

Aux horaires hebdomadaires de cours dispensés dans chaque classe préparatoire, il faut donc ajouter, au minimum, 30 à 40 % de temps pour le travail personnel d'apprentissage, de révision et d'entraînemen (devoirs sureillés ou à la maison). Pour préparer le concours d'Ergothérapeute, par exemple, il faut ainsi ajouter en moyenne 20 heures de travail personnel aux 33 heures de cours et contrôles hebdomadaires. Ce sont en fait 53 heures de travail qu'il faut fournir, chaque semaine de la mi-septembre à mai.

La préparation des concours du secteur social nécessite une vraie connaissance du terrain : les étudiants doivent effectuer des stages, d'enquêtes sur le terrain et des missions bénévoles. Pour trouver ces lieux de stages, les étudiants bénéficient d'un appui efficace de CPES Rhône-Alpes.

3-  Bien connaître les particularités des concours selon les écoles

La plupart des écoles des différentes villes comme Lyon, organisent leur concours dans le cadre d'un programme national, mais les modalités des épreuves sont librement décidées localement : exercices rédactionnels (comme pour le baccalauréat) ou QCM (Questions à Choix Multiples) avec ou sans points négatifs, épreuves orales sous forme d'entretien individuel ou bien oraux de groupe.

Certaines écoles ajoutent à leur concours une épreuve supplémentaire. On trouve, par exemple, une épreuve de biologie à certains concours d'entrée en Orthophonie. Ainsi, consacrer à cette discipline 1h30  par semaine (voire plus...) peut faire la différence avec les autres candidats qui visent des concours plus «classiques», il ne faut donc rien négliger dans l'acquisition des connaissances et concentrer ses efforts aussi sur les concours plus «marginaux» afin d'optimiser ses chances de réussite. Il est nécessaire de s'assurer que la préparation choisie permette de présenter tous les concours.

En fonction de votre profil et de vos points forts, mieux vaudra passer le concours dans telle ou telle école, selon la nature des épreuves. C'est pourquoi CPES Rhône-Alpes tient constamment à jour la liste des concours et des épreuves qu'ils comportent. Les équipes pédagogiques de CPES Lyon et CPES Grenoble assurent un suivi personnalisé et un appui individuel au choix des concours à présenter.

En s'appuyant sur un diagnostic de vos points forts et points faibles, l'équipe pédagogique identifie parmi tous les concours ceux qui vous offrent les plus grandes chances de succès, en analysant le contenu et le degré de difficulté des épreuves et en tenant compte du nombre de places disponibles.

 4- Optimiser ses chances de réussite

Pour majorer vos chances de réussite, vous devez passer le concours que vous préparez, successivement auprès de plusieurs écoles. Toutes n'ont pas le même niveau d'exigence, les profils recherchés peuvent différents, notamment dans les écoles de travailleurs sociaux.

De plus, il est parfois souhaitable de tenter aussi votre chance dans un ou deux concours différents (mais portant sur les mêmes matières) par exemple Pédicure-Podologue en plus d'ergothérapeute ou orthoptiste, Auxiliaire de puériculture en plus d'Educatrice de jeunes enfants ou bien Moniteur-Educateur en plus du concours d'Educateur Spécialisé.

Aider chaque candidat à bien choisir son orientation et pouvoir dire avec les anciens étudiants de CPES Lyon et CPES Grenoble :"la prépa CPES m'a permis de réussir mon concours !"  tels sont les objectifs de l'équipe pédagogique.